Le Libre Journal de la France Courtoise
Serge de Beketch
sur Radio Courtoisie
Emission du 21 janvier 2004
Les islamistes font la loi à Roissy et Orly
21/01/04 - Deux ans et demi avant la sortie en librairie du livre de Philippe de Villiers, Les Mosquées de Roissy édité chez Albin Michel, Serge de Beketch publiait dans le n° 312 du Libre Journal de la France Courtoise des extraits d’un rapport confidentiel de la Police aux frontières, daté du 21 décembre 2003, dans lequel celle-ci dressait la liste de quarante-huit islamistes radicaux parmi le personnel employé à Orly par les sociétés sous-traitantes chargées de la sécurité du site et de la manipulation des bagages. Ce travail de recherche, en vue d’identifier « les individus travaillant sur la plate-forme d’Orly et susceptibles d’apporter un soutien à des activités subversives liées au terrorisme » fut, de l’aveu même des policiers, très difficile à mener, notamment à cause du milieu ethnique par nature difficile à infiltrer. Mais malgré ces difficultés, les enquêteurs ont rédigé un rapport d’une précision qui fait froid dans le dos à une époque où les attentats dans les transports aériens se multiplient à une telle cadence que pour éviter la panique, pouvoir politique et médias préfèrent incriminer la défaillance des matériels, des pilotes, des responsables de la maintenance, des voyagistes ou des agences. (12:06)

A pied jusqu’à Jérusalem
21/01/04 - 5 000 km séparent Paris de Jérusalem par la route. Prenant de nombreux chemins buissonniers, François-Xavier de Villemagne en a parcouru 6 400. Avant de partir, il avait identifié les principaux points de passage, les obstacles ou les curiosités pour lesquelles il était disposé à faire un "détour". Durant son périple, effectué en l’an 2000, il n’a pas marché sur les traces des croisades. Toutefois, l’évidence géographique lui a fait emprunter un trajet proche de celui de la première croisade, notamment la voie empruntée par les hommes de Godefroi de Bouillon. Avec la participation de Patrick Gofman. (34:34)

Entretien avec Christian de La Mazière
21/01/04 - Christian de La Mazière est toujours apparu aux yeux de ses amis comme un adolescent, un de ces inusables héros que dessinait Joubert : enfant solitaire, jeune aristocrate, cavalier, aviateur, Waffen-SS, play-boy, journaliste, mais tout cela à la manière d’un personnage de Drieu, avec distance, recul, humour, indifférence, le tout mêlé de foi et de candeur. Plus, le sourire carnassier du fauve qui sait qu’il n’aura pas à courir longtemps pour saisir sa proie. Tout cela, il l’a été. Mais comme au théâtre, abandonnant la défroque d’un rôle pour en endosser une autre, sans y croire vraiment. Rêvant sa vie sans jamais vivre un rêve. (20:00)

Jean-Joseph de Laborde
21/01/04 - Serge de Beketch s’entretient avec François d’Ormesson, président-fondateur des Amis du Jardin romantique d’Hubert Robert à Méréville (qu’il a sauvé – ainsi que son château – de la destruction), et Jean-Pierre Thomas, collaborateur de revues historiques et chroniqueur littéraire, co-auteurs du livre intitulé Jean-Joseph de La Borde : banquier de Louis XV, mécène des Lumières (Perrin, 2002). Pour être encore trop peu connu du grand public, le destin de Jean-Joseph de Laborde n’en est pas moins fascinant à plus d’un titre. Ce Béarnais, né en Espagne, placé à dix ans dans une maison de commerce de Bayonne, responsable à vingt ans d’une société internationale et comptant à trente parmi les hommes les plus riches de France, devient peu après fermier général et banquier de la Cour, tout en demeurant le chef d’un véritable empire commercial qui importe et exporte des marchandises du monde entier. Portant sur ses épaules le ministère de Choiseul, finançant presque à lui seul la guerre de Sept Ans et, plus tard, celle d’Amérique, Laborde conseille Louis XV, la haute noblesse et même Voltaire dans la gestion de leurs portefeuilles financiers, tout en manifestant, dans ces diverses opérations, une intégrité sans faille. Cet Européen avant la lettre s’impose non seulement comme l’un des promoteurs du nouvel urbanisme parisien, mais encore comme l’un des principaux mécènes privés de son temps, protecteur de plusieurs artistes. Le couperet de la guillotine met tragiquement fin à sa vie en 1794. (23:56)

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Haut de page