Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 283 du 17 janvier 2003 - pp. 4 et 5
Révisos maghrébins

Jean Kahn, le richissime polyprésident des machins juifs de France, dénonce (Le Figaro, 7/1) le « révisionnisme des collégiens et les lycéens d’origine maghrébine » et exige que l’on rétablisse « l’enseignement de l’authentique Histoire » afin de protéger l’enseignement de la Shoah. C’est vrai : comment veut-on qu’ils sachent, ces jeunes ? On n’en parle pratiquement jamais !

La solution finale

Kahn propose donc sa solution finale au révisionnisme des collégiens et des lycéens "d’origine maghrébine" : leur appliquer « la loi dans toute sa rigueur » (exclusion des établissements scolaires, emprisonnement d’un mois à un an, amende de trois cents à quatre mille leuros et d’autres peines encore). Ça va sûrement améliorer les relations entre les juifs et les Arabes hexagonoïdes. On s’y met ?

Déporté dans la lune

Cela dit, il y aurait bien une autre solution : que le polyprésident Kahn fasse comme le colonel Ilan Ramon, premier cosmonaute juif, qui a emporté dans la navette Columbia un dessin au crayon représentant la Terre vue de la Lune réalisé voilà 60 ans par un déporté israélite. Si ça ne convainc pas les collégiens et les lycéens d’origine maghrébine, ça instruira au moins les petits hommes verts.

Casse-pied

A propos du juif de l’espace, d’ailleurs, une information bizarroïde : le colonel Ramon a exigé de pouvoir observer le sabbat, faire ses prières et consommer de la nourriture casher (fournie par une société d’emballage sous-vide de pique-nique casher pour campeurs). Or ce colonel proclame son athéisme. C’est seulement pour emmerder le monde, alors ?

Homophobe, Raffarin ?

Joli mot, passé inaperçu, de Raffarin dans l’émission de M6 "Zone Rouge" : « Il faut que les Français arrêtent de mettre leur orgueil dans leurs pédales ! ». Précision : c’est l’excès de vitesse que Raffarin veut interdire, pas la fête de la "Gay Pride" (fierté des homos).

Narbonne dose

Félicitations à Abdelkader Azzimani, 38 ans, et Abderrahim El Jabri, 37 ans, qui se sont rachetés de leur passé de trafiquants de drogue en mettant un terme aux activités d’un autre trafiquant de drogue, Abdelaziz Jhilal, dit Zizou. On recommande cependant à ces deux auxiliaires de justice un peu plus de modération pour leur prochaine intervention. Abdelaziz Jhilal a en effet été retrouvé dans un bois de Narbonne, aussi mort qu’un gosse victime d’une overdose. Mais les traces de piqûres qu’il portait avaient été infligées au poignard. Le légiste en a dénombré 108 sur la tête, le cou, le tronc, les membres inférieurs et le thorax. Ce qui indique qu’Abdelkader et Abderrahim ont torturé Abdelaziz avant de le tuer. Allons, allons ! Etait-ce vraiment indispensable ?

Sommaire - Haut de page